Enfant devant un sceau rempli de légumes

À la cantine, quelles sont les grandes étapes de l’éducation alimentaire ?

Publié le : 08/04/22
  • À chaque âge ses apprentissages et ses habitudes alimentaires. Les besoins nutritionnels des enfants évoluent à mesure qu’ils grandissent et se rapprochent de l’âge adulte. Comment les accompagner au fil des années ? Que faut-il proposer aux élèves lors de chaque grande étape, pour s’assurer que les plats servis soient consommés ? On fait le point. 

    Entre 3 et 6 ans : l’apprentissage des règles à table et de l’autonomie 

    C’est à la maternelle que démarre l’apprentissage de l’autonomie et de la socialisation. Les enfants apprennent à manger en groupe, et à prendre les bonnes quantités en bouche. On apprend aussi à partager avec les camarades, à attendre que chacun ait terminé son entrée, son plat, puis son dessert, avant que chacun ne passe à l’étape d’après. On intègre aussi la politesse et l’hygiène liées au temps du repas. Ne pas jouer avec la nourriture, ne pas piocher dans l’assiette des autres, dire merci lorsqu’on nous sert, sont autant de codes à assimiler, qui font partie de l’éducation alimentaire. 

    À ces âges, les enfants continuent également à découvrir de nouvelles saveurs et intègrent peu à peu l’importance de manger varié. L’exploration de nouveaux aliments peut s’avérer plus difficile pour certains. Rien de dramatique, souvent, mais il est important de faire preuve de vigilance et d’accompagner les élèves de votre établissement. Face à la néophobie alimentaire, le rôle du personnel est essentiel. Il doit être formé pour déverrouiller lentement les blocages alimentaires, avec toute la pédagogie nécessaire.

    Entre 6 et 11 ans : guider pour renouveler l’envie d’un bon repas 

    Entre 6 et 11 ans, les préférences alimentaires s’affirment, et les non-préférences aussi. Mais le fait de manger moins varié, et/ou moins équilibré, peut avoir un impact direct sur la santé, et sur la morphologie des élèves. La prévalence du surpoids (obésité incluse) étant estimée à 17 % chez les 6-17 ans, selon l'étude Esteban de Santé publique France, il est important alors de renouveler très tôt l’envie et la curiosité autour des repas. On pourra ainsi proposer des fruits sous toutes leurs formes : entiers, à croquer, en compote, en salade, mixés, en smoothies, etc. On peut également varier la présentation des légumes : en potage, purées, gratins ou crumbles.

    Pour encourager les bonnes habitudes dans l’alimentation à l’école, donner de l’autonomie dans la salle de restaurant, mais bien encadrée, peut aider dans le processus d’éducation nutritionnelle. En intégrant un buffet en libre-service dans votre cantine scolaire, volontairement limité et orienté dans le choix, les élèves de votre établissement deviennent, de fait, acteurs de leur alimentation. Il est aussi possible à ces âges de leur proposer de personnaliser leur plat et de se servir seuls. Ils peuvent entre autres choisir de manger avec ou sans sauce en fonction de leur goût. Ce faisant, ils n'auront plus le sentiment qu’on leur impose les choses. Et pour cause, on n'impose rien mais on propose (avec des éléments visuels savamment disposés, pour accompagner les enfants dans leurs choix).
    Cela fait toute la différence et génère de la satisfaction ! 

    Entre 12 et 18 ans : des besoins nutritionnels très importants 

    Avec des besoins nutritionnels devenus importants, les adolescents doivent être encouragés à redoubler de vigilance quant à la variété de leurs repas. Spontanément, certains mangeraient des pâtes tous les jours, avec une viande ou un poisson, éventuellement. Le but, dans l’éducation alimentaire des adolescents, est de leur rappeler tout ce qu’ils ont appris jusqu'alors et de leur faire retrouver le plaisir de manger varié en étant de plus en plus malin. En 2017, le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC) révélait que seulement 6 % des 3 à 17 ans consomment plus de cinq portions de fruits et légumes par jour.

    Un ado ne refusera pas de consommer des fruits, des légumes, ou des légumineuses, si ces derniers sont présentés comme il faut, sans que ce soit compliqué à couper, et si on lui propose les bons mélanges pour un repas simple, coloré, festif, à partager avec ses amis. Là encore, le libre-service à la cantine (qui peut aller plus loin que la proposition faite aux élèves des classes élémentaires) joue un rôle clé. Non seulement, la présentation sur un buffet appelle généralement à une pluralité de choix, et à une simplicité de consommation, mais il est possible de proposer aux adolescents des “toppings” et des sauces qui leur permettent de composer et de personnaliser leurs plats tels qu’ils le souhaitent. 
      
    Chaque stade de l'éducation alimentaire est donc clé et doit être accompagné différemment selon les âges et la maturité des convives. Un apprentissage réussi des bonnes habitudes alimentaires, à la cantine, et étape par étape, aide non seulement les élèves de votre établissement à apprécier leurs repas, mais il leur permet d’acquérir sur le long terme les bases d’une alimentation saine et équilibrée. 

    Contactez-nous Partage ouvert et autres actions