Comment les étudiants imaginent le campus de demain ?

Au croisement du monde éducatif et du monde du travail, l’attractivité des établissements d’enseignement supérieur est un enjeu de plus en plus important qui ne passe plus uniquement par la qualité du contenu des enseignements.

Comment les étudiants imaginent le campus de demain ?

La qualité de vie sur les campus, avec tous les services qui y sont proposés, constitue et constituera demain encore plus un levier d’attractivité.
C’est pourquoi, Sodexo s’est associé à Harris Interactive pour explorer plus en profondeur les attentes des étudiants et savoir comment ils imaginent leur campus et dès lors les services de demain.

Les résultats de cette enquête ont été présentés en avant-première lors d’un évènement clients/prospects sur le thème des « tendances du campus de demain » organisé le 15 mars 2017 par le segment Education et Enseignement Supérieur à emlyon business school Paris.

Que retenir de cette enquête ? 

 

  • 48% des étudiants jugent la France « plutôt en retard » par rapport à d’autres pays en termes d’équipements et de services mis à leur disposition dans les établissements.

  • Les étudiants dans l’enseignement supérieur français se montrent moins satisfaits des services proposés sur les Campus (64% satisfaits en moyenne) que de l’offre académique (81% satisfaits en moyenne).

  • 75% des étudiants jugent prioritaire de disposer d’un service de mise en relation entre eux. Invités à citer leurs lieux de prédilection au sein de leur campus, ils citent d’ailleurs principalement des lieux de vie collectifs : bibliothèque, cafétéria et salle de repos.

  • Enfin, 61% des étudiants jugent prioritaire de développer les groupes de travail avec les entreprises. Une aspiration qui est sans doute liée à une confiance limitée dans leur capacité à s’insérer sur le marché du travail : seulement 19% sont « très confiants à ce sujet », tandis que plus d’un étudiant sur quatre ne se déclare « pas confiant ».

Enquête Harris Interactive pour Sodexo réalisée en ligne du 9 au 15 février 2017 auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif des étudiants dans l’enseignement supérieur en France.